Cegid, stratégie de l’éditeur pour les trois prochaines années…

Cegid stratégie

Pour son premier rendez-vous corporate depuis son rachat par des fonds anglo-saxons, Cegid a souhaité revenir sur ses principes fondateurs et sa stratégie dans les prochaines années.

Après l’arrivée de Pascal Houillon à la direction générale il y a un an, l’idée était de montrer à tous vers où se dirige l’éditeur. Déjà très solide dans son activité SaaS, Cegid souhaite aujourd’hui exploiter les millions de données dont il dispose pour augmenter ses solutions existantes.

Pour présenter sa stratégie pour les trois prochaines années, l’éditeur de solutions de gestion a voulu rassembler toutes ses parties prenantes, Porte Maillot à Paris. Plus de 2 000 clients, prospects, et partenaires en tout genre étaient réunis dans le grand amphithéâtre du Palais des congrès. « Notre ambition, c’était de rappeler qui est Cegid. Les gens avaient en fait une vision très parcellaire de notre activité » explique Pascal Houillon.

Refonte marketing et nouvelle équipe de direction

Première étape de la stratégie donc, revoir l’image de la marque. Cela passe par cet événement, la refonte du logo et du site internet. Mais revoir aussi l’équipe de direction, avec sept nominations autour de Pascal Houillon depuis son arrivée. Et enfin, simplification des activités verticales de l’entreprise fondée par Jean-Michel Aulas. Les douze anciens secteurs ont été rassemblés en trois domaines : la comptabilité et la finance, la DRH et le retail.

Doubler le chiffre d’affaires en trois ans

Si Cegid générait 300 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017, l’objectif est de dépasser 400 millions pour 2018. Et de recruter 450 personnes dans la R&D, le marketing, et la vente au cours de cette année. « Nous recrutons 50 personnes par mois en ce moment » précise Pascal Houillon. Et d’ajouter vouloir « doubler le chiffre d’affaires en 2021 et cela passe par plusieurs actions clés : poursuivre notre croissance externe, continuer à nous développer à l’international, confirmer la montée en puissance des activités SaaS. »

Mais pour la nouvelle équipe exécutive de l’éditeur, l’activité SaaS est aujourd’hui acquise. Cegid ne vend quasiment plus de licences on premise et génère aujourd’hui plus de 30% de son chiffre d’affaires avec le Saas. L’objectif est d’atteindre 40% à la fin de l’année et de continuer à travailler en priorité en mode hébergé pour franchir le cap des 60% dans trois ans.

Donner une utilité aux données comptables et RH

C’est la deuxième étape de la stratégie de Cegid. Maintenant que les clients travaillent sur le cloud il faut mettre à profit la pléthore de données générées par les outils de Cegid. Les près de quatre millions de bulletins de paie produits chaque mois en France sont un exemple. L’éditeur souhaite donc implémenter des briques d’intelligence artificielle ou d’analyse de données dans ces solutions au cours de ces trois prochaines années.

Cela passe par la création de nombreux partenariats avec des grands groupes du secteur mais aussi avec des start-ups. Et surtout un investissement important en R&D et dans la croissance externe. Cegid a ainsi annoncé pas moins de 30 innovations en cours de développement.

Un partenariat avec Xerox

Côté cloud, Cegid proposait un cloud privé personnalisé avec IBM France depuis six ans.

Ce partenariat évolue à partir de cette année pour fournir un environnement IBM Cloud hybride sécurisé. Avec Microsoft, Cegid utilisait également Azure depuis 2017 comme plateforme cloud métier à destination de ses clients Retail. Aujourd’hui, c’est un partenaire de l’éditeur américain, Do You Dream Up, qui conçoit avec l’éditeur d’ERP un chatbot destinés aux DRH pour faciliter la mise en place du prélèvement à la source. Cet agent conversationnel sera disponible avec les solutions de paie de Cegid. « L’intégration de l’IA en support de nos solutions de paie dans le cadre de la mise en place du PAS est un bel exemple d’innovation utile.

D’autres projets sont à l’étude autour des technologies d’IA de Microsoft. » explique Sylvain Moussé, directeur des technologies chez Cegid. Sur les solutions d’IA, sur lesquelles l’entreprise veut investir particulièrement, André Brunetière, directeur R&D et product management, ajoute que les équipes sont en phase de comparaison d’outils et d’exploration des usages. Mais en aucun cas il n’y aura de partenariat exclusif avec Microsoft ou IBM à ce sujet.

Autre gros partenariat annoncé à l’occasion de son événement corporate, Xerox et sa technologie ConnectKey. Cet assistant conçu pour automatiser les flux documentaires va permettre de simplifier le travail des experts comptables clients de Cegid. Les factures, justificatifs comptables ou notes de frais seront générés automatiquement dans la CegidBOX personnelle du client, située dans le portail collaboratif de l’éditeur.

Ce dernier a été refondu et intègrera les nouveautés applicatives de l’éditeur. Dernière en date, Devis Fact, solution permettant aux TPE de faire des devis qui se transforment automatiquement en factures. D’après Pascal Houillon, ce portail collaboratif compte 150 000 TPE utilisatrices aujourd’hui, et 5 000 s’ajouteraient chaque mois. Autre exemple à destination des experts-comptables et TPE, une application mobile Cash Manager qui permet de digitaliser ses factures fournisseurs en les prenant en photo.

Mettre à profit les acquisitions pour lancer des produits

D’autres applications vont être développées suite aux rachats réalisés par l’éditeur fin 2017.

Pour accélérer la collaboration entre les utilisateurs de l’ERP finance Qualiac, Cegid a développé une autre application mobile. Nommée App Notifications Qualiac, elle permet aux gérants de grandes entreprises de travailler en mobilité et de valider des décisions financières en ayant tout leur contexte disponible. Et pour intégrer la fonction RH au cœur des décisions stratégiques de l’entreprise, Cegid présente Rita, solution de job posting de la société canadienne éponyme. Elle aide à maximiser l’efficacité des réseaux de recrutement en ligne et piloter le sourcing des candidats. Le lancement français est prévu en 2019.

L’idée est donc de jouer sur les partenariats et la croissance externe pour permettre d’ajouter des briques d’IA et améliorer l’expérience utilisateur point de vue produits. Pour le cloud, la sécurité et le DevOps vont être particulièrement étudiés pendant les trois prochaines années. Et Pascal Houillon confirme qu’il faudra de nouvelles acquisitions pour élargir l’offre de Cegid.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre publicité
Vous souhaitez vous faire connaître, faire afficher une bannière sur ce site ? Contactez-nous au 01 34 41 24 10
Suivez-nous