Les prévisions financières

Pour durer une entreprise doit être rentable. C’est donc en établissant vos prévisions financières que vous pourrez lui donner toutes ses chances…

Vous venez d’achever votre étude commerciale. Vous avez vérifié que votre produit intéresse vraiment votre clientèle : c’est un élément primordial car sans clients, pas d’entreprise. Il vous faut désormais traduire en termes financiers les données que vous avez recueillies.

I – La démarche que vous allez maintenant suivre devra être cohérente et répondre à 5 questions.

1/ Pouvez-vous réunir les capitaux nécessaires au lancement de votre activité ?

Vous comparerez les moyens indispensables à l’exercice de votre activité et les ressources financières que vous êtes en mesure de réunir. Vous construisez ainsi votre plan de financement initial. Un principe : les besoins et les ressources doivent toujours êtres équilibrés.

2/ Quel est votre besoin en fonds de roulement (BFR) ?

Le BFR est le besoin d’argent engendré en permanence par votre activité. vous aurez d’une part besoin de liquidités pour acheter des marchandises, produire, payer vos salariés et consentir des délais de paiement à vos clients.

D’autre part, vos fournisseurs vont vous accorder des délais de paiement qui viennent en diminution de votre BFR. Calculer votre besoin en fond de roulement va vous permettre de prévoir le financement nécessaire pour faire fonctionner votre entreprise.

3/ Votre entreprise sera-t-elle rentable ?

Vous allez énumérer toutes les charges à supporter ainsi que les recettes que vous compter réaliser, afin de déterminer le résultat, bénéfice ou perte, de votre entreprise. Vous établirez ainsi votre compte de résultat prévisionnel ou seuil de rentabilité.

Le seuil de rentabilité représente le chiffre d’affaires minimum que vous devrez réaliser pour ne faire ni bénéfice ni perte, et couvrir l’ensemble de vos charges fixes. C’est un bon indicateur pour traduire concrètement votre projet en nombre d’heures à facturer, nombre d’articles à vendre en moyenne par semaine…

4/ Les recettes de l’entreprise permettront-elles de faire face aux dépenses ?

Les rentrées d’argent générées par votre activité ne correspondent pas toujours dans le temps aux encaissements. Pour ne pas risquer d’être un jour dans l’incapacité de régler vos charges et vos achats faute d’argent dans vos caisses, vous devez prévoir un plan de trésorerie reprenant toutes les les entrées et les sorties d’argent mensuelles de l’entreprise.

Ainsi, vous pourrez définir précisément les périodes où vous aurez un besoin particulier de trésorerie et prévoir des solutions de financement appropriées.

5/ La structure financière de départ évoluera-t-elle favorablement avec le temps ?

Pour prévoir la montée en puissance de votre activité, vous devez élaborer un plan de financement sur trois ans. Ce tableau  reprend les éléments du plan de financement initial auquel vous devrez rajouter trois nouvelles rubriques :

l’accroissement du besoin en fonds de roulement pour les années 2 et 3 : plus votre activité progresse, plus votre BFR va augmenter

vos prélèvements si vous êtes en entreprise individuelle ou les dividendes  si vous êtes en société

votre capacité d’autofinancement, qui correspond au bénéfice après impôt auquel on ajoute la dotation aux amortissements de l’exercice (constatation comptable de la dépréciation des équipements et des actifs de l’entreprise).

Ces éléments constituent la partie financière de votre plan d’affaires ou « business plan ».

Recommandations

La priorité d’un chef d’entreprise doit être la rentabilité de son affaire. L’établissement de prévisions financières permet au porteur de projet de valider la viabilité de l’entreprise. Vous devez vous garder de tout excès d’optimisme dans le montage de vos comptes prévisionnels et rester au plus près de la réalité du terrain pour vos prévisions de ventes.

Sans vous transformer en spécialiste de la gestion, vous devez maîtriser les grands principes des comptes prévisionnels. Ces connaissances vous rendront crédibles devant un banquier et vous permettront de faire face aux situations concrètes de votre nouvelle vie d’entrepreneur.

II – Comment élaborer votre plan d’affaires ?

La rédaction du « plan d’affaires » est la première concrétisation de votre projet. Votre entreprise existe désormais sur le papier…. Ce dossier doit vous permettre de solliciter des partenaires, notamment économiques. Il est aussi très utile pour matérialiser une vision commune du projet entre vous et vos éventuels associés.

Le lecteur doit :

  • comprendre rapidement la nature de votre projet
  • savoir qui en est le promoteur
  • prendre rapidement position

Soignez la forme de votre document : rédigé dans un style clair, votre texte doit bénéficier d’une bonne lisibilité (choix de la police, aération des textes). Vous devez également éviter tout jargon : vos lecteurs ne sont pas forcément des spécialistes de votre domaine.

Votre dossier doit également être structuré de manière logique : chapitres, pagination, sommaire, annexes… La taille idéale est d’une trentaine de pages.

Il sera également plus judicieux de réunir toutes les pièces justificatives dans un second dossier.

Composition du plan d’affaires

Il n’y a pas de règle figée dans la présentation du contenu. Cependant, il convient de respecter une certaine logique. Il est surtout important d’y retrouver tous les éléments suivants :

Généralités Partie économique Partie financière Partie juridique
Résumé du projet Présentation du produit Tableau des investissements Forme juridique envisagée
Un curriculum-vitae Étude de marché Plan de financement initial Capital social et sa répartition
La génèse du projet Stratégie retenue Compte de résultat Date de dépôt de la demande d’immatriculation
Vos motivations Hypothèses commerciales Plan de trésorerie Néant
Les objectifs Chiffre d’affaires prévisionnel Seuil de rentabilité Néant
Néant Moyens à mettre en oeuvre Plan de financement à 3 ans Néant
Néant Néant Tableau des annuités de crédit Néant

III – Par où commencer ?

Etablir ses comptes prévisionnels n’est pas difficile. chaque décision que vous prendrez pour vendre, produire ou gérer l’activité de votre entreprise a un coût qui correspond soit à un besoin permanent, soit à une charge. C’est en reprenant ces éléments et en les classant par nature que se constituera l’essentiel des comptes prévisionnels.

Cette démarche va vous amener à rechercher des informations sur des points tels que les frais postaux, les charges sociales… Commencez par établir une liste des entrées et des sorties prévisibles d’argent.

Entrées Sorties
Apport personnel Achat ordinateur
Apports familiaux ou autres Frais d’électricité
Ventes Téléphone
Prêt personnel Frais d’aménagement du local
Crédits bancaires Loyer
Etc. Achat de fournitures
Etc. Salaires
Etc. Charges sociales
Etc. Assurances
Etc. Achat véhicules
Etc. Caution sur loyer
Etc. Coût de dépôt de marque
Etc. Frais de constitution de l’entreprise

Reprenez votre liste et ventilez les éléments dans les différents tableaux de vos comptes prévisionnels :

Le plan de financement initial décrit et confronte :

  • tous les besoins durables de financement  : frais d’établissement, investissements et BFR
  • toutes les ressources financières durables
Besoins Ressources
Achat ordinateur Apport personnel
Caution Apports familiaux
Frais de constitution Prêt personnel
Achat de véhicule Crédits bancaires
Coût de dépôt de marque
BFR

Le compte de résultat retrace l’activité de votre entreprise :

  • dans la partie gauche, recensez l’ensemble des charges de l’exercice
  • dans la partie droite, les recettes de l’exercice
Débit Crédits
Frais d’électricité Ventes
Téléphone
Loyer
Achats de fournitures
Salaires
Assurances

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre publicité
Vous souhaitez vous faire connaître, faire afficher une bannière sur ce site ? Contactez-nous au 01 34 41 24 10
Suivez-nous