Vers un relèvement de l’âge de la retraite

Lors d’une conférence de presse donnée le 16 juin dernier, le ministre du travail a présenté les orientations majeures de la réforme des retraites.

Le projet de loi a été présenté au Conseils des ministres le 13 juillet 2010. Ce sera à compter du 7 septembre que le Parlement se penchera sur l’examen du texte de réforme.

L’âge de la retraite : 62 ans en 2018

L’âge légal de départ à la retraite (60 ans aujourd’hui) devrait être porté à 62 ans en 2018.

Cette augmentation serait progressive puisque l’âge augmenterait selon l’année de naissance au rythme de 4 mois par an.

Suppression de la décote : âge relevé de 65 à 67 ans

L’âge de 60 ans est l’âge à partir duquel le salarié peut partir en retraite même s’il ne totalise pas tous ses trimestres. Dans ce cas, la sécurité sociale applique une décote à sa pension.

Actuellement, cette décote ne s’applique plus à 65 ans (ainsi un salarié bénéficie d’une retraite à taux plein à 65 ans quel que soit le nombre de trimestres cotisés). Cet âge devrait également être progressivement relevé à partir du 1er juillet 2016, pour atteindre 66 ans en 2019 et 67 ans en 2023.

Les salariés ayant commencés à travailler très tôt

Le dispositif de départ anticipé « carrières longues », qui permet actuellement à des personnes ayant commencé à travailler très tôt (avant 16 ou 17 ans) de partir avant 60 ans, serait ouvert aux assurés ayant commencé à travailler à 17 ans.

L’objectif serait de continuer à permettre aux personnes ayant commencé leur vie professionnelle avant 18 ans de partir avant les autres, dès 60 ans, voire dès 58 ans pour ceux ayant commencé à 14 ou 15 ans.

Pénibilité du travail : maintien du départ en retraite à 60 ans

Les assurés dont l’état de santé est dégradé en raison de la pénibilité de leur travail pourraient toujours partir en retraite dès 60 ans en bénéficiant d’un taux plein, y compris dans l’hypothèse où il ne totaliseraient pas le nombre de trimestres requis.

Cette possibilité serait toutefois réservée aux seules personnes dont la santé serait effectivement altérée lors de leur départ en retraite.

Ce droit à la retraite anticipé serait accordé de manière individuelle, et non collectivement par métier ou par classification professionnelle.

En pratique, le départ dès 60 ans avec une pension complète serait accordé aux seuls assurés sociaux qui justifieraient d’un taux d’incapacité égal ou supérieur à 20% ayant donné lieu à l’attribution d’une rente pour maladie professionnelle ou accident du travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre publicité
Vous souhaitez vous faire connaître, faire afficher une bannière sur ce site ? Contactez-nous au 01 34 41 24 10
Suivez-nous