Gestion Commerciale : Gescom

La Gestion commerciale ou « Gescom »

Devis, Bons de commandes, Bons de livraison, Factures

La gestion d’une entreprise implique toute une chaîne de documents :

Le devis :

Avant toute commande, la majorité des clients demande un devis. Document qu’il faut fournir rapidement.

Le devis est un document permettant de se mettre d’accord sur le prix d’une vente ou d’une prestation de service.

Le devis doit contenir les informations obligatoires de la société, le nom du client et ses coordonnées. Il doit y être indiqué les références, la désignation de l’article, la quantité, le prix proposé aux clients.

Une fois signé par le professionnel et le consommateur, le devis à la même valeur qu’un contrat.

L’établissement d’un devis est obligatoire pour certains professionnels dés lors que le montant est supérieur à 150 € :

- Installation , raccordement, réparation et entretien portant sur des équipements électriques, électroménagers et électroniques.

- Prestations de services d’installation electrique, de dépannage, de maçonnerie, fumisterie et génie climatiques (à l’exception des opérations effectuées sous contrats relatifs à l’exploitation de chauffage-climatisation), plomberie, de ramonage, d’isolation, de couverture, de menuiserie, de serrurerie, d’installation sanitaire, de plâtrerie, d’étanchéité, de peinture, de miroiterie, de vitrerie, de revêtement de murs, de revêtement de sols.

- remplacement, adjonction de pièce, d’éléments ou d’appareils liés aux prestations mentionnées ci-dessus.

Lire la suite de cet article

Choisir son logiciel de comptabilité

Que choisir ?

Choisir son logiciel de comptabilité : quels sont les critères ?

Le choix d’un logiciel de comptabilité dépend de plusieurs facteurs.

Pour choisir un logiciel de comptabilité, plusieurs critères doivent être étudiés :

Qu’a t-on besoin de faire ?

Veut-on gérer une comptabilité analytique afin de connaître précisément les charges et produits de chaque centre d’activité ? Exemple : Une facture regroupe des frais du service administration, des frais du service commercial et des frais du service production. Avec la comptabilité analytique, il sera possible de ventiler un pourcentage au service administration, un pourcentage au service commercial et un pourcentage au service production. En faisant de même avec les autres factures (téléphone, EDF, frais, loyer, subvention, salaires…), on connaîtra en détail les charges de chaque services.

Veut-on gérer une comptabilité budgétaire afin de calculer les écarts entre les charges et produits budgétés et les charges et produits réels (saisis en comptabilité).

Veux-t-on effectuer le compte de résultat, le bilan et les annexes ?

Lire la suite de cet article

Choisir son expert-comptable

expert-comptable

Choisir son expert-comptable : un choix souvent difficile pour le nouveau chef d’entreprise

Plusieurs questions sont à poser :

Combien cela va-t-il coûter annuellement ?, Quels services propose-t-il ? Comment faire le bon choix ?

Le coût annuel de l’expert-comptable :

Le budget de l’expert-comptable est souvent important aux yeux du nouveau dirigeant. Cependant le fait de recourir aux services d’un membre de l’Ordre des experts-comptables permettra au chef d’entreprise de se concentrer sur son début d’activité et de ne pas perdre son temps précieux à effectuer des démarches administratives souvent contraignantes.

Le cout dépend de plusieurs facteurs et en particulier des tâches effectuées par l’expert-comptable :

  • tenue complète de la comptabilité (saisie des factures d’achat et de ventes, saisie des talons de chèques, saisie des relevés bancaires, rapprochement bancaire, calcul et établissement des déclaration de TVA, lettrage des comptes, écritures de paies, écritures des dotations aux amortissements, charges constatées d’avance, produits constatés d’avance, autres opérations d’inventaires et établissement du bilan, du compte de résultat, liasse fiscale et annexes)
  • Révision de la comptabilité
  • Opérations d’inventaire et établissement du bilan

Lire la suite de cet article

Formation en Comptabilité

Formation en Comptabilité : que faut-il connaître ?

Pour occuper un poste de comptable généraliste ou tenir la comptabilité d’une entreprise, il faut avant tout connaître les bases de la comptabilité.

On peut apprendre les bases de la comptabilité dans cet ordre :

Étude du plan comptable

Tout commence par le plan comptable :

Connaitre l’intérêt des numéros des comptes permet de comprendre comment les utiliser.

Le plan comptable, c’est l’outil principal du comptable.

Il faut donc comprendre le sens de numéros de comptes et savoir comment les utiliser afin de tenir la comptabilité d’une entreprise.

Les comptes en T

Avant les logiciels, la comptabilité se faisait à la main.

Nous utilisions donc les comptes en T, il faut donc savoir les utiliser pour comprendre comment marche la base du logiciel de comptabilité.

Lire la suite de cet article

Comment comptabiliser le remboursement de la formation ?

addition

Comment comptabiliser le remboursement de la formation par votre organisme collecteur ?

Si vous avez été facturé par le centre de formation dans le cadre du DIF… :

Vous devrez saisir le remboursement dans le compte « transfert de charges » (compte 791).

Attention : le compte produit doit être enregistré dans le même exercice comptable que l’enregistrement de la facture du centre de formation.

Exemple :

Pour un exercice comptable N, le centre de formation facture en novembre N.

On enregistre donc la prestation de service en novembre N.

Si l’organisme collecteur vous rembourse en Janvier N+1, vous devrez enregistrer en année N le remboursement à venir.

On doit donc trouver dans le compte de résultat de l’exercice comptable, le compte de charge pour la facture du centre de formation et le compte de produit pour le remboursement de la formation.

Lire la suite de cet article

Comptabilité : Comment ça marche ?

Comptabilité : comment tenir une comptabilité sur un logiciel ?

La comptabilité d’entreprise se fait de manière ordonnée :

  • On saisi les factures d’achat dans le journal d’achat
  • On saisi les factures de vente dans le journal de ventes
  • On saisi les Opérations Diverses, les déclarations de TVA…
  • On saisi les relevés bancaires et talons de chèques dans le journal de banque
  • On saisi les entrées et sorties en espèces dans le journal de caisse, s’il l’on en tient une.
  • On lettre les comptes de tiers par le lettrage manuel ou automatique
  • On édite la balance pour le soldes des comptes, ou le grand-livre pour le détail des comptes
  • On corrige les numéros de comptes, on réclame les factures manquantes,…
  • On établi le rapprochement bancaire par le journal de banque ou le compte

    Réduction d’impôt pour souscription au capital d’une société

    Réduction d’impôt pour souscription au capital d’une société : une réduction d’impôt égale à 25 % du montant des versements effectués jusqu’au 31 décembre 2010

    Réduction d’impôt pour souscription au capital : Qui est concerné ?

    Les bénéficiaires suivants :

    • les personnes physiques, souscrivant au capital d’une société non cotée,
    • les personnes domiciliés fiscalement en France
    • les personnes qui conservent durant cinq ans les titres reçus en échange de leur versement

    Les sociétés suivantes :

    • société soumise à l’impôt sur les sociétés (IS) dans les conditions de droit commun
    • société qui exerce une activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale, agricole ou financière, à l’exception de la gestion de son patrimoine mobilier ou immobilier
    • société qui n’a pas de titres admis aux négociations sur un marché réglementé français ou étranger
    • société dont le siège social est immatriculé en union européenne ou dans un autre état qui fait partie de l’accord économique européen
    • société qui emploie moins de 250 salariés et qui a un chiffre d’affaires annuel inférieur à 50 000 000 € ou un total de bilan inférieur à 43 000 000 €
    • société dont les parts sont détenus pour 75 % par des personnes physiques

    Lire la suite de cet article

    Cap Entreprise

    Cap Entreprise : Qu’est-ce que c’est ?

    Cap Entreprise est un programme d’accompagnement proposé par le conseil régional de votre région, qui associe le diagnostic, la formation, le conseil et le suivi.

    Cap Entreprise permet donc aux porteurs de projet, aux créateurs d’entreprises et aux repreneurs d’obtenir de suite ou dans les quatre ans une prise en charge de leur formation et du conseil.

    Les dirigeants d’entreprises pourront donc se voir prendre en charge six jours de formation et trois jours de conseil maximum.

    Le montant pris en charge dépend de votre région.

    Par exemple, Cap Entreprise permet une prise en charge par la région d’Ile de France de 175 € par jour pour un maximum de 6 jours. Les journées de conseil sont financées par la région Ile de France à hauteur de 650 € par jour pour un maximum de 3 jours.

    Lire la suite de cet article

    Le changement du statut fiscal

    Les conséquences du changement de statut fiscal de l’entreprise

    Certains évènements dans la vie de l’entreprise peuvent entraîner une modification de votre régime fiscal (IS ou IR) : une option pour un régime fiscal différent ou le changement de statut juridique.

    Tel est le cas par exemple lorsqu’une EURL soumise à l’IR opte pour l’IS (changement de régime fiscal) ou lorsqu’une SNC se transforme en SARL (changement de statut juridique).

    Il faut savoir que le changement de régime fiscal est assimilé à une cessation d’activité et entraîne l’exigibilité immédiate de l’impôt sur les bénéfices et plus-values éventuelles, avec des atténuations si certaines conditions sont remplies.

    Des droits d’enregistrement peuvent également vous être réclamés. Il est vivement conseillé de vous faire assister d’un ou de plusieurs professionnels (avocat, notaire, expert-comptable), notamment dans le cadre d’un changement de statut juridique.

    Lire la suite de cet article

    Patrimoine personnel et patrimoine de l’entreprise

    Patrimoine

    Séparation patrimoine personnel et patrimoine de l’entreprise ?

    Entreprise individuelle

    Il n’y a pas de séparation. Vous êtes, en effet, responsable sur l’ensemble de vos biens, qu’ils soient professionnels ou personnels.

    La loi Madelin du 11 février 1994 atténue toutefois ce principe en instituant dans les droits et biens pouvant être appelés en garantie une priorité sur les biens nécessaires à l’exploitation de l’entreprise (1).

    Société en nom collectif (SNC)

    Il n’y a pas de séparation. La société en nom collectif possède en tant que société ses biens propres. Cependant les associés, qui sont tous des commerçants, répondent indéfiniment et solidairement des dettes sociales.

    Société civile professionnelle (SCP).

    Il n’ a pas de séparation entre patrimoine personnel et patrimoine de l’entreprise.

    La société civile professionnelle possède en tant que société ses biens propres. Cependant les associés, qui sont tous des commerçants, répondent indéfiniment et solidairement des dettes sociales (et demeurent responsables de leurs actes professionnels sur l’ensemble de leur patrimoine).

    A savoir :

    L’importance du régime matrimonial en cas de choix pour l’entreprise individuelle, la société en nom collectif ou la société civile professionnelle : si vous êtes marié sous un régime de communauté de biens, votre conjoint, même s’il ne participe pas à l’activité de l’entreprise, est soumis à la même responsabilité illimitée sur les biens de la communauté.

    Les biens propres de votre conjoint sont cependant protégés. Il peut être alors judicieux de modifier votre régime matrimonial et d’adopter la séparation de biens (consultez votre notaire ou votre avocat).

    Lire la suite de cet article

    Pages : << 1 2 ... 72 73 74 75 76 77 78 79 >>
    Votre publicité
    Vous souhaitez vous faire connaître, faire afficher une bannière sur ce site ? Contactez-nous au 01 34 41 24 10
    Suivez-nous